Georges waixene WAYEWOL

Georges Waixen Wayewol est né le 26 juin 1961, à Maré. Il fait ses premiers apprentissages dans sa tribu de Mébuet auprès de sa famille, laquelle il doit une grande partie de son temps d’éducation, surtout à ses grands-parents maternels et grands-mères paternelles. Une période essentielle pour son enracinement culturel. La rupture avec ce milieu sera vécue douloureusement car la rencontre avec le milieu urbain fortement européanisé sera appréhendée comme un leurre, et une énorme désillusion.
Il rejoindra ses parents sur Nouméa pour poursuivre sa scolarité à l’école primaire de Nouville et au collège du Lapérouse. Il est exclu de ce collège au bout de deux ans. L’association des lycéens calédoniens l’aiguillera vers le collège privé confessionnel de Doneva à Houailou, où il rencontra des personnes, des camardes, des amis, en ce qui va préfigurer des relations profondes et durables. Il est présenté au directeur du collège Billy WAPOTRO, qui sera son directeur de travail plus tard en 1986. En classe de quatrième il fait la connaissance de son ami Luc Enoka CAMOUI.
Il obtient le BAC en 1981 puis s’envole pour des études d’administration, économie et sociale à la faculté de Lyon II Bron Parilly. En 1985, l’Alliance Scolaire lui propose un poste de Responsable du service administratif. En 1995, il s’engage dans des travaux de recherche pour un mémoire intitulé « Crédit populaire et structure lignagère kanak » pour accompagner la réflexion des membres de son clan dans une approche de développement local et endogène.
Il soutiendra ses travaux au centre culturel Jean Marie Tjibaou en 1998. En parallèle à cette activité de recherche-action, dans le cadre de la formation professionnelle continue, il obtient en 2006, sa licence d’administration publique, sous la direction de l’UNC, et l’IPAG de Poitiers. Un parcours d’engagement au travers d’un héritage correspondant à la traduction de choix de vie.
L’écriture n’est pas une circonstance de l’histoire pour simplement justifier ou étayer un point de vue. Elle traduit aussi la nécessité que la conscience individuelle et collective impose comme devoir. Une posture.
Elle fait s’interroger, pour un partage d’expériences et de vécus. Un devoir de mémoire. Pour les générations à venir, dans un contexte où la société kanak n’a pas toujours eu le choix libre, normal et naturel de sa trajectoire. L’écriture est un outil d’émancipation, une arme de paix, pour la paix.

Bibliographie

Ouvrages coécrits ou œuvres pour lesquels Georges Waixen Wayewol a participé avec son frère de plume Luc CAMOUI

• Phaanémi, le ressouvenir, éditions l’Herbier de Feu – Nouméa Kanaky Nouvelle Calédonie – 2006,

Archipel des lettres – 10ème salon du livre insulaire d’Ouessant – Bretagne France – 2008,

Pue Tiu, Au cœur de la parole, éditions de la Province Nord, Kanaky Nouvelle Calédonie – 2010,

Mot de neige, de sable et d’océan, florilège ouvrage collectif, éditions CDFM – Québec Canada – 20111

Placébo, éditions l’Herbier de feu – Nouméa Kanaky Nouvelle Calédonie – 2011,

Afrikanak – CD Audio – Edipop – Saint Louis –Sénégal – 2012,

Magma Hwan Pala – Expressions/La courte échelle/ Edition transit – Nouméa Kanaky Nouvelle Calédonie/Marseille France – 2015,

L’essentialité, essai métaphysique, Du singulier à l’Universel, de l’universel au Singulier – Expressions/La courte échelle/ Edition transit – Nouméa Kanaky Nouvelle Calédonie/Marseille France – Juillet 2018,

Autres ouvrages : Articles contributif aux Sillages • Participation aux Silo de Kanaky Nouvelle Calédonie depuis son existence.