Ce matin Alliance Française de Bangkok, avec Sylvain Bano, directeur de l’AF et le président de l’AENC.
Désormais les 33 auteurs et auteures de Sillages D’Océanie 2022 seront partagés avec les lecteurs de la communauté Française et Francophone de Thaïlande.

Remise ce 13 décembre 2022 de Sillages d’Océanie 2022 « Vivre nos Horizons » à Lucy Hollett responsable de la Médiathèque de KUALA LUMPUR par le Président de l’Association des écrivains de Nouvelle-Calédonie.
Pour que la littérature locale et les paroles calédoniennes traversent les océans et soient partagées, notamment par la communauté Française et Francophone installée en Malaisie.

L’année 2022 a été très compliquée pour toute la filière livres en Calédonie. Quel bilan pour la librairie Calédo Livres ? Cathie Manné sa directrice fait le point.
Réalisation, tournage, montage : Alexandre Rosada

C’est avec une profonde tristesse que j’ai appris la disparition de DéWé. Je m’y attendais. Car depuis quelque temps déjà elle était alitée. Mais tout de même à 73 ans…
Certes, nous n’avions pas les mêmes aspirations politiques, mais unis fortement par l’écriture. Nous nous sommes mieux connus lorsqu’en 2002 avec une forte délégation de l’association des écrivains (AENC), nous nous étions rendus au Salon du livre insulaire d’Ouessant.
Un salon qui nous a donné l’idée de créer au retour, un semblable événement littéraire sur le Caillou. Le tout premier SILO (Salon International du Livre Océanien) eut lieu de ce fait un an après à Poindimié, en 2003.
Et c’est de ce voyage, au vu du double affichage en français et breton sur les panneaux indicateurs de noms des lieux, que Déwé a  pris la décision de les appliquer en Nouvelle-Calédonie.
La femme de lettres reste cependant indissociable de sa prise de conscience politique. Sa plume forte et puissante se met aussi parfois au service de sujets difficiles, comme les violences faites aux femme, dans L’Epave. Et c’est chez elle, à Ponérihouen, qu’elle aimait le mieux se poser pour écrire.
Déwé Gorodey l’indépendante et indépendantiste, engagée politiquement, était bien connue également pour sa franchise et sa fermeté.
Militante indépendantiste convaincue donc, Déwé Gorodey aura mené tous ses combats avec dignité et sincérité, tout en respectant les convictions des autres.
À ce titre, elle fut un modèle.
De là où tu es, repose en paix Déwé et veille sans exception sur tous les habitants de la Nouvelle-Calédonie si différents mais tellement proches les uns des autres.
Jean Vanmai, auteur et ancien président de l’AENC
Avec la disparition de Madame Déwé Gorodé, la Nouvelle-Calédonie perd sa plus grande figure culturelle.
Respectée sur le plan local pour ce qu’elle a accompli et son chemin militant ; célébrée sur le plan régional et international pour sa personnalité et son travail ; étudiée à travers le monde pour son écriture singulière dans les sections littéraires de grandes universités – notamment en Nouvelle-Zélande, en Australie, aux États-Unis, au Japon…
En 2008, Jean-Marie Gustave Le Clézio, recevant le prix Nobel de littérature, l’associait à d’illustres auteurs français, ultramarins ou internationaux qui l’ont accompagné dans son chemin d’écriture lors de la conférence qu’il donne à cette occasion.
En Nouvelle-Calédonie, elle laisse le souvenir d’une femme vraie, engagée pour ses convictions, ouverte à la multiculturalité et à son affirmation artistique et culturelle dans le bassin Pacifique : tous ceux, d’horizons divers qui, par sa volonté, ont représenté le pays dans les manifestations régionales et internationales peuvent en témoigner.
Elle nous laisse aussi son œuvre : poèmes et aphorismes, nouvelles et romans, nombre de collaborations amicales avec d’autres grands auteurs du pays et, surtout, une voix. Celle de la conteuse, un talent hérité de son père, Waia Gorodé (décédé en 1981), auteur d’un recueil : Souvenirs d’un Néo-Calédonien ami de Maurice Leenhardt, et d’un manuscrit, écrit en français, paicî et ajië, intitulé Mon école du silence, dont elle s’applique à préparer l’édition commentée pendant de longues années, avec le professeur Bernard Gasser.
Ses études littéraires à Montpellier, de 1969 à 1973, marquent les vrais débuts de l’écriture poétique, la découverte des écrivains de la négritude, des romantiques et de Marx…
Révélateur en matière d’écriture, ce séjour en France est également le déclencheur d’une prise de conscience politique qui déterminera son engagement et lui coûtera la prison.
Licenciée en lettres modernes, elle commence à enseigner en 1974, d’abord le français, puis le paicî, et enfin la littérature océanienne, au Mont-Dore, à Houaïlou (1983), Poindimié (1996), et Nouméa (1999), à l’université de la Nouvelle-Calédonie.
Après la publication de poèmes ou d’aphorismes, seule ou en collaboration (Sous les cendres des conques, en 1985 ; Par les temps qui courent, en 1996 ; Dire le vrai, en 1999 ; Avant que la nuit tombe, en 1999) et de deux recueils de nouvelles très remarqués où elle exprime le lien à la terre et la place de chacun dans une société en voie de reformulation (Utê Mûrûnû, petite fleur de cocotier, en 1994, et L’Agenda, en 1996), elle s’essaye au théâtre avec Kënâké 2000, mis en scène par Pierre Gope, au théâtre de Poche, à l’occasion du VIIIe Festival des arts du Pacifique à Nouméa.
En octobre 2005, Déwé Gorodé signe enfin, avec L’Épave, le premier roman kanak.
Son premier roman.
Une œuvre singulière, traversée d’oralité kanak contemporaine, de récits anciens, de chants et de poèmes profondément originaux. Il reçoit un accueil médiatique discret, voire gêné, mais le premier tirage est rapidement épuisé alors qu’il est sélectionné pour la douzième édition du prix RFO du livre 2006, aux côtés de Maryse Condé, Ousmane Diarra et Ananda Devi, qui en sera la lauréate.
Comme je l’écrivais en 2005, « L’Épave n’est pas un roman de plus : c’est une œuvre fondatrice d’une écriture kanak contemporaine, inventive et courageuse, la voix d’une femme qui brise le silence autour des maux du sexe et des violences faites à ses pairs.
Dans la langue qui lui est propre, elle croque, page après page, des portraits d’hommes et de femmes, composant par touches parfois crues, parfois gaies, parfois sombres, un tableau sans fard des passions qui ravagent les êtres. Sans faux-semblant, sans pudeur hypocrite, elle choisit de dire le désarroi des femmes salies, abusées dès l’enfance, parfois au sein même de leur famille, soumises physiquement et moralement au bon vouloir du sexe fort, parfois sans résistance, mais jamais sans conscience. »
De nombreux autres livres suivront : Graines de pin colonnaire, un second roman composite, en septembre 2009 ; Tâdo, Tâdo, wéé ! – No More Baby, en 2012 ; À l’orée du sable, un recueil de poèmes, suivi en 2016 par Se donner le pays, édité à Paris et composé avec la poétesse Imasango, unissant ainsi leurs deux voix, « l’une kanak, l’autre métisse, pour rappeler que la poésie est un territoire de paix ».
Déwé Gorodé nous laisse une remarquable œuvre littéraire, mais pas seulement. En 1999, au lendemain de l’Accord de Nouméa, elle est l’une des deux premières femmes élues de l’UNI à l’assemblée de la province Nord, et se voit confier les secteurs de la Culture, de la Jeunesse et des Sports au conseil de gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. Elle participera à tous les gouvernements qui suivront (en 2001, 2004, 2009, 2011, 2014 et 2015), assumant même la vice-présidence jusqu’en 2009. À compter de cette date, elle est également en charge de la Condition féminine et de la Citoyenneté, jusqu’à la fin de son dernier mandat en 2019.
Son héritage politique est également un remarquable travail de construction à l’échelle du pays, tant elle est soucieuse de le doter d’outils structurants : l’académie des Langues kanak, le Poemart, la Sacenc, la maison du Livre de Nouvelle-Calédonie, le salon international du livre océanien, la Case des artistes, le festival des Arts du pays, les maisons de la femme, Empreintes – projet artistique et culturel du médipôle de Koutio, et tant d’autres combats pour l’enseignement des langues vernaculaires, la structuration de la lecture publique et la place des femmes dans la société contemporaine.
Un héritage précieux que ses successeurs devraient s’attacher à protéger.
Son absence nous blesse.
Nos pensées vont à ses proches : sa famille, son clan, sa chefferie, mais aussi à ses amis, ses compagnons d’écriture, ses lecteurs, à tous ceux qu’elle a aimés et accompagnés.
La parole des poètes ne meurt jamais.
Gilbert Bladinières, éditeur.
Sa voix sur ce lien lors d’une émission radiophonique CaraKtères  réalisée par Alexandre Rosada  et diffusée sur les antennes de RFO.
https://rosada.net/dewe-gorodey-ecrivain-caledonienne-politique/?fbclid=IwAR3L7HnJeovnDRjkUOotN0wE8QbKLL7a_F91-AIhRuP2qyOprU1kmskNdno

une opération Etre à la Page était organisée au bar 1881 de Nouville. Merci à la MLNC et à De Bas en Haut. Une après-midi avec beaucoup de professionnels du livre mais peu de visiteurs extérieurs….alors peut-être que les mots ne veulent plus rien dire … ?

Parfois tragiques, souvent drôles, toujours profonds, ses récits illustrent son regard tendre mais sans concession sur la propre culture Kanak de Léopold Hnacipan. Jean Victor Colombani Jaffré nous donne son sentiment après avoir lu « Fleur de Potr ».
Réalisation Tournage Montage  A.Rosada

33 textes d’auteurs et auteures calédoniens. La diversité des écritures pour le thème « Vivre nos horizons » de Sillages d’Océanie 2022. La revue littéraire de l’AENC ( association des écrivains de la Nouvelle-Calédonie)

Rencontré au Mont-Dore chez lui, Bernard Billot nous parle de sa passion « les petits dessins » comme il dit, se qui en fait un illustrateur connu et reconnu en Nouvelle-Calédonie. Il a reçu le prix Arembo en 2022 .

« Le SILO est vivant ! Toujours plus fragilisé par une conjoncture économique qui n’en finit pas de peser sur son avenir, l’événement littéraire phare en Nouvelle- Calédonie tient une fois encore la rampe, pour notre plus grand plaisir. Dans la page culture de NC 1ere ce soir à 19h30 un Spécial SILO en direct du CREIPAC où le Salon sera inauguré après une coutume d’accueil. Présentée par Alexandre Rosada avec deux invités Alice Pierre Directrice de la Maison du Livre et une invitée extérieure de Polynésie Darius Moearii, En 2021 elle signe TUPUNA – Voyage sur les traces des ancêtres à Tahiti et dans les îles chez Au vent des îles. Un récit instructif et sensible. Dans sa rubrique Alexandre Rosada évoquera également l’ouvrage de Basile Galais, auteur calédonien Édité chez Actes Sud en 2021, son ouvrage « Les sables » a été élaboré en résidence d’écriture de la Province Sud

 

« Laisse Mourir les Immortelles « d’Anne-Marie Jorge Pralong-Valour correspond à une année d’écriture (2020) marquée par les confinements en Nouvelle-Calédonie et en France,, le décès de sa mère, ses réflexions, ses doutes, ses émotions, ses sentiments, ses envies et ses souvenirs. Le recueil se divise en six parties où les poèmes sont regroupés thématiquement : l’écriture, l’amour, le confinement, la mort, les voyages et la vie. Rencontrée à son domicile de Nouméa elle partage son amour de l’écriture poétique.