L’AENC a pour objectif « l’échange d’idées et la promotion de l’écriture sous toutes ses formes ». Elle met en évidence l’existence d’une littérature Calédonienne, Elle participe chaque année à de nombreuses manifestations en Nouvelle-Calédonie, dans le Pacifique et au-delà ... Elle apporte sa contribution à l’élaboration des politiques du livre et de la lecture ... Elle édite depuis 2007 une anthologie de textes d’auteurs de Nouvelle-Calédonie et de toute la région Pacifique

ÉDITORIAL

LE MOT DU PRÉSIDENT…

 

L’Association des Écrivains de Nouvelle-Calédonie a été créée il y a 24 ans, notamment par Claudine Jacques et Nicolas Kurtovitch. Son objectif était de regrouper les écrivains de toutes cultures et de créer du lien, à la fois dans le domaine de l’écriture et sur le plan humain. Une réussite : car aujourd’hui force est de constater que l’AENC compte dans le monde de l’écriture en Calédonie.

Sur cette terre de métissages et de contrastes, cette île de lumières, chaque auteur/auteure apporte son éclairage, sa personnalité et sa pierre, afin d’écrire ensemble une histoire littéraire unique et originale dans le Pacifique.

Ce courant littéraire a été rendu possible en partie en se nourrissant des mots écrits par nos anciens. Avec leurs styles et leurs talents, ils ont raconté la vie d’antan. Il faut rendre hommage à Jean Mariotti (1901-1975), Georges Baudoux (1870-1940), Francis Carco, qui avait passé ses dix premières années à Nouméa, sans oublier Appolinaire Anova Ataba (1929-1966), prêtre kanak originaire de Moméa et premier écrivain kanak de langue française à avoir ouvert l’espace littéraire occupé jusque-là par les écrivains européens.

De ce passé récent, une nouvelle génération d’écrivains est née. Il nous appartient d’ aller encore plus loin, tous ensemble, et de transmettre notre savoir, notre expérience et notre connaissance à de nouveaux jeunes écrivains ancrés dans le XXIe siècle.
Ils frappent déjà à la porte du temple de l’écriture et notre devoir est de leur ouvrir, les laisser entrer, leur tendre la main, tout simplement pour les lire, et/ou les guider dans ce qu’ils veulent nous dire, avec leurs mots d’aujourd’hui, leur vision du présent, du passé mais surtout de l’avenir.
Ainsi nos écritures s’enrichiront inéluctablement parce que nous pourrons exprimer ce que nous sommes, où nous sommes, qui nous sommes, et ce que nous voulons.
C’est le premier vœu que je formule pour l’Association des Écrivains que je préside depuis le 15 avril 2021. Ouvrir l’association aux écritures de la diversité, culturelle et intergénérationnelle. Ne pas l’enfermer dans des institutions partisanes ni l’altérer par des querelles égotiques stériles.
À ce sujet, notre revue Sillages d’Océanie peut être une des clefs et doit devenir notre principal outil, pour porter la parole des écrivains calédoniens. Cet ouvrage nous reflète. Il nous permet de nous lire et de nous connaître. Chaque année, un thème nous invite à mettre en commun nos écritures et nos pensées, sous la forme de nouvelles, de poésies, ou d’essais. C’est un exercice salutaire dans le partage et le respect mutuel. Faire mieux connaître Sillages d’Océanie doit bénéficier à tous les écrivains calédoniens.
Déjà – grâce à l’action de la Maison du Livre NC et dans le cadre du Salon International du Livre océanien, avec l’appui bienveillant de la Mairie de Nouméa, de la Mission des Affaires Culturelles, de la Province Sud sans oublier le Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie –, nous avons parcouru un bout du chemin.
Enfin, n’oublions pas, ce site internet. Il est aussi notre outil commun . Il parle de tous les écrivains et présente leurs productions. Sa diversité est à l’image de la mosaïque de cette terre calédonienne.
Avec nos plumes et nos mots, il nous appartient désormais  d’écrire les pages du futur, et mon deuxième souhait, durant mon mandat, sera d’entrer en connexion avec le monde de l’enseignement, afin de partager nos nouveautés littéraires, nos ouvrages collectifs, dans les collèges, les lycées et l’université, au cours de rendez-vous littéraires à imaginer tous ensemble.
Le chantier est énorme, j’en suis conscient, mais il est exaltant, et il nous oblige.

Alexandre Rosada
Président de l’Association des Écrivains de Nouvelle-Calédonie

Membres de l’AENC …

Au hasard, quelques profils d’Écrivains de la Nouvelle Calédonie

Actualités

Facebook

Suivez-nous sur Facebook